first-past-the-post

La réforme pour une plus grande justice électorale

Proposer au débat public un projet de réforme électorale avant de le faire passer devant l’Assemblée sous forme de texte de loi, est une démarche qui devrait permettre de bâtir une réforme électorale consensuelle et inclusive, donc durable. Mener à bien ce projet de réforme électorale tant attendu, en dépit de tous les vested interests qui y ont fait obstacle depuis près de 20 ans maintenant, demandera un véritable courage politique.
(suite…)

Publicités

Catherine Boudet : « L’achat de votes et le bribe ont atteint des sommets records lors des dernières élections… »

Dans la République de Maurice, l’ampleur de la corruption d’un gouvernement à l’autre démontre qu’il existe des hommes et des femmes disponibles et prêts pour ce type d’échange social. De plus en plus, les valeurs s’effritent laissant place à un discours ironique : Utiliser la politique comme un levier pour accéder à la mobilité sociale à travers l’enrichissement personnel. Nombreux sont les citoyens engagés qui se posent des questions. L’Etat peut-il faire reculer le patrimonialisme, le clientélisme ou le népotisme ? La corruption va-t-elle assimiler totalement la sphère politique et la sphère marchande et les intérêts privés vont-ils étouffer l’intérêt public ?

Propos recueillis par Madhu Ramlallah

 Mauritius Times : ‘State House Connection : Documents compromettants’; ‘Dewdanee, Biscuits… Le MSM prépare la riposte’; ‘Abus de médicaments : L’Adsu enquête sur un nouveau trafic’… voilà quelques titres de presse parus ces derniers jours. Pas très réjouissant, n’est-ce pas ? Pouvez-vous nous parler de l’image de notre société que cela reflète ?
Dr Catherine Boudet : L’image… C’est une obsession. Cette notion d’«image» du pays.

(suite…)

Catherine Boudet : « C’est plus difficile d’être candidat indépendant par conviction »

Chaque scrutin national attire son lot de candidats indépendants. Celui du 10 décembre prochain ne fera pas exception. Même si à ce jour, aucun indépendant n’a été élu. Qu’est-ce qui les motive à briguer les suffrages et qu’apporteront-ils de nouveau ? 

Propos recueillis par Kinsley David
 
> Compte tenu du contexte politique actuel, les candidats indépendants ont-ils une chance de faire mieux que les précédents en termes de score ?
Du point de vue du contexte, possiblement certains électeurs déçus des politiciens actuels et des blocs politiques choisiront de reporter leurs votes vers des candidats alternatifs, mais rien ne dit que les indépendants auront leurs faveurs plus que les partis émergents. D’ailleurs, les candidats indépendants n’ont pratiquement aucune chance au regard du système actuel. Dans le système électoral que nous avons à Maurice, que l’on appelle « 3-first-past-the-post », et que l’on peut aussi qualifier de scrutin majoritaire à un tour, les candidats qui arrivent en tête (trois par circonscription en l’occurrence) sont élus au premier tour.Ce type de scrutin est fait pour dégager des fortes majorités au Parlement, en d’autres termes pour favoriser le parti majoritaire, au détriment de la minorité qui sera sous-représentée. Un tel système pousse donc aux alliances entre grands partis, incontournables dans la conquête du pouvoir en raison même du mode de scrutin. Il s’agit d’un calcul mathématique. En résumé, notre système électoral confisque les chances des candidats indépendants dès le départ. De ce fait, être candidat indépendant, c’est généralement une situation transitoire, parce qu’on vient de quitter un parti ou un bloc, en attendant d’en rejoindre un autre. C’est plus difficile d’être candidat indépendant par conviction.

(suite…)