Pension vieillesse à Rs 13 500 : cadeau de bonne guerre ou acte de corruption ?

Alors que la dissolution du Parlement et la date des élections générales ont été rendues officielles le dimanche 6 octobre, le Premier ministre n’avait pas attendu pour abattre son joker électoral. Une semaine avant, il avait déjà annoncé le doublement de la pension vieillesse en cas de victoire aux urnes.
(suite…)

Catherine Boudet : « La tendance social-démocrate de Pravind Jugnauth pour réduire les inégalités et améliorer la qualité de vie est une avancée »

Catherine Boudet, politologue française, vit à Maurice depuis plusieurs années. Détentrice d’un Doctorat en Sciences Politiques et d’un Masters en Sciences Politiques Comparatives de l’Institut d’Études Politiques de Bordeaux-France, elle décrit la démocratie mauricienne hors des cadres classiques de la politique. Le système social et politique mauricien est complexe et divers, incluant toutes les composantes requises pour une démocratie digne de ce nom ; les classe sociales, les castes, les clans, les races et les éthnies en font toute sa richesse. Tous les mauriciens dit-elle, sont dotés d’une intelligence remarquable, et sont des « politiciens » capables de débattre intelligemment sur le sujet. En effet, peu importe leur occupation, chauffeurs de taxis, maraîchers, travailleurs manuels, cadres, tous sans le savoir, sont de fins observateurs et analystes, pour ne pas dire de fins ‘politologues’. Pour en savoir plus, voici les propos recueillis.

Propos recueillis par Cécile Lebon

Vous êtes rompue aux multiples péripéties de la vie à Maurice.  Quel regard avez-vous de la politique ici ?
Catherine Boudet : Effectivement, cela fait plus de 20 ans que je travaille sur la démocratie mauricienne en tant que chercheur en Science Politique. Pour moi, c’était vraiment un challenge car Maurice est vraiment un cas à part en Science politique. La vie politique mauricienne est passionnante car toujours pleine de rebondissements.

(suite…)

Budget 2019-20 ou la tyrannie de l’électoralisme

Un budget « sans vision », un budget « électoraliste ». Les critiques – contradictoires – fusent concernant ce Budget 2019-20, le dernier de l’Alliance Lepep avant les législatives, présenté le 10 juin. Contradictoires, car comment se concilier les faveurs de différents segments de la population (de l’électorat), dont les revendications sont motivées par des intérêts sectoriels, tout en projetant une vision d’avenir macro-économique et de renouveau national…? Voilà en toile de fond la tension interne qui constitue la contrainte presque schizophrénique d’un Budget pré-électoral.
(suite…)

Catherine Boudet : « Le pouvoir politique est confisqué par des cliques qui alternent au gouvernement selon une logique oligarchique »

Dans le sillage des prochaines élections générales, nous avons invité Catherine Boudet, titulaire d’un doctorat en Science Politique, à nous éclairer sur le système politique mauricien, sachant que provision est faite dans le First Schedule [section 31(2)] de la Constitution de Maurice pour l’enregistrement des partis politiques en vue de leur participation aux élections. Existant sous la forme d’une association, et à condition de respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie, un parti politique est autorisé à contracter une alliance avec un ou plusieurs autres partis politiques, et être enregistré comme un seul parti. Notre invitée analyse aussi la manière dont le Budget Speech est conçu depuis l’indépendance pour avoir un impact sur les citoyens.

Propos recueillis par Madhu Ramlallah

Mauritius Times : Ce qui va retenir notre attention dans les jours à venir, c’est la présentation du budget. La relance de l’économie, la lutte contre les inégalités pour combattre la pauvreté, l’appauvrissement de la classe moyenne – autant de défis qui attendent Pravind Jugnauth. Mais il y a aussi le contexte politique avec l’approche des élections générales. Vous vous attendez à quoi, vous ?
Catherine Boudet : Dans un Etat mauricien héritier du Welfare State, les présentations d’un budget s’efforcent généralement de combiner les impératifs macro-économiques avec quelques mesures phares de nature sociale, voire clientéliste. C’est encore vrai dans le dernier budget avec l’introduction d’un cadeau fiscal (la ‘Negative Income Tax’).

(suite…)

Noël et consumérisme effréné : une insupportable contradiction

catherine boudet noël consumérisme effréné

Ils sont plus nombreux qu’on ne croit, ceux et celles qui vivent mal ces fêtes de Noël. Qui ne se sentent pas à l’aise dans le discours rose bonbon du Noël de partage, de cadeau et d’amour universel diffusé en même temps que la grande orgie de consommation. Et si c’était parce qu’en fait, la profonde contradiction entre le discours christique et les pratiques consuméristes fait peser une violence invisible sur l’individu, écartelé entre deux postures contradictoires, celle du croyant et celle du consommateur ?
(suite…)

La réforme pour une plus grande justice électorale

Proposer au débat public un projet de réforme électorale avant de le faire passer devant l’Assemblée sous forme de texte de loi, est une démarche qui devrait permettre de bâtir une réforme électorale consensuelle et inclusive, donc durable. Mener à bien ce projet de réforme électorale tant attendu, en dépit de tous les vested interests qui y ont fait obstacle depuis près de 20 ans maintenant, demandera un véritable courage politique.
(suite…)

Catherine Boudet : « Ameenah Gurib-Fakim n’a plus grand-chose à perdre… »

Une commission d’enquête regroupe un groupe d’experts dans un domaine pour étudier une question et élaborer un rapport pour le gouvernement dans un certain délai. Chaque commission d’enquête est présidée par un ou plusieurs commissaires. La tâche des experts est souvent difficile car les questions traitées sont de nature extrêmement sensible et grave. Catherine Boudet nous livre ses impressions à propos des deux commissions  mandatées par le Gouvernement de Maurice.

Propos recueillis par Madhu Ramlallah

Mauritius Times : Nous voilà avec des allégations lancées du plus haut sommet de l’Etat portant sur la véracité des affirmations publiques du Premier ministre en mars dernier quant à l’intention de l’ancienne Présidente de la République de soumettre sa démission. « Pravind Jugnauth a menti », a déclaré Mme Gurib-Fakim. Ce qui pourrait être perçu comme une querelle de bas étage a atteint le sommet de l’Etat : c’est quand même incroyable, non ? Qu’est-ce que cela nous informe à propos de la culture politique et institutionnelle de Maurice ces temps-ci ?

Catherine Boudet : Ameenah Gurib-Fakim est actuellement sur la sellette avec la commission d’enquête Caunhye. L’ironie de la chose, c’est que cette dernière a été instituée afin de statuer si la commission d’enquête, mise sur pied par l’ex-présidente de la République, était anticonstitutionnelle. La commission Caunhye prend maintenant des allures de déballage de linge sale avec les premières dépositions de l’ancienne chef d’Etat.

(suite…)