Projet de déplacement du Champ-de-Mars et du Parlement : le début de la déchéance nationale ?

Si vous vous rendez au Champ de Mars demain pour les cérémonies de l’Indépendance, sachez que c’est peut-être l’une des dernières fois que vous verrez le lever du drapeau dans son site historique. Le 15 janvier dernier, le ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo a annoncé une nouvelle qui est passée comme une lettre à la poste malgré sa gravité, à savoir que dans le cadre des travaux de Port-Louis Smart City, le Champ de Mars sera « recouvert par un leisure ground ». On apprend dans un hebdomadaire du week-end dernier que l’hippodrome sera déplacé dans le Nord du pays.Le Champ de Mars, construit en 1812, est le troisième plus ancien hippodrome au monde et le premier de l’hémisphère Sud. Il aurait dû être classé patrimoine national et même patrimoine mondial. Au lieu de ça, on va le déplacer pour construire un leisure ground, un Disneyland ?! A-t-on demandé leur avis aux 200 000 amoureux des courses qui fréquentent le Champ de Mars ?

Le 12 mars 1968, le jour de l’Indépendance, n’est-ce pas au Champ de Mars que le drapeau national a été levé pour la première fois ? Lorsqu’un gouvernement envisage sans aucun scrupule de transformer en nouveau temple de la consommation le lieu même où s’est matérialisée l’indépendance de son pays, cela en dit long sur le degré de dépossession qu’il est prêt à faire subir à son peuple. Lorsqu’un gouvernement est prêt à déplacer sans aucun scrupule les bâtiments qui sont les symboles de l’État en exercice, comme le Parlement et le Government’s House, cela en dit long sur ce qu’il est prêt à brader par appât du gain et par allégeance aux intérêts étrangers.

Pourquoi s’émeut-on devant un drapeau national ? Pourquoi les grandes nations entretiennent-elles avec fierté les bâtiments qui symbolisent leur histoire nationale ? Les lieux et bâtiments symboliques de la Nation ne sont pas que des objets. En tant que témoins de la naissance de la Nation, ils sont investis d’une puissance de représentation. Ils ancrent l’existence de la communauté nationale dans la terre natale. Ils disent le parcours historique qu’il a fallu faire pour construire la nation. Ils montrent le pouvoir d’un peuple à prendre en main son destin, à assumer sa destinée commune.

Le déplacement des lieux de l’exercice du pouvoir de l’Etat-nation tels que le Parlement et le siège du Gouvernement constituerait une atteinte profonde et irrémédiable à l’âme nationale mauricienne. Depuis 18 ans que je travaille en tant que politologue sur le Mauricianisme et la construction nationale mauricienne, aujourd’hui je suis atterrée de constater que c’est désormais à un processus de déconstruction nationale auquel on assiste, voire de démolition nationale.

M. Gaëtan Siew en tant que Chairman de la SLDC a convié le Parlement Populaire à un comité consultatif pour le projet de Port-Louis Smart City. Gaëtan Siew s’engage-t-il à consulter les Mauriciens concernant le sort du Champ de Mars et du Parlement ? Les autorités mauriciennes auront-elles la décence d’entamer une consultation nationale transparente et honnête avec la population mauricienne concernant le projet de déplacement de la capitale ? Ou est-ce déjà trop tard ?

Retrouvez l’article publié dans le Forum du Mauricien du 11 mars 2016

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s