Cyclone Giovanna : la politique de l’autruche des services météorologiques

Le dimanche 12 février 2012, le cyclone Giovanna nous a heureusement épargnés. Mais son passage près de Maurice dévoile les manquements du système de prévention des cyclones, qui donne priorité à la prévision météorologique au lieu de la prévention du risque cyclonique.

Le week-end dernier, Maurice s’est retrouvé en alerte cyclonique en raison du passage du cyclone Giovanna. En moins de 24 heures, le pays est passé par trois alertes : classe 1 le vendredi à 16 h, puis successivement l’alerte classe 2 le lendemain matin à 9 h et classe 3 à 15h30. Giovanna s’est heureusement éloignée sans dommages dimanche, mais en laissant un goût d’incompréhension…

Premier constat, les services météorologiques de la station de Vacoas, tout au long du passage de Giovanna, s’en sont tenus aux informations de base concernant l’évolution du cyclone : vitesse du vent, distance et direction du cyclone. La mesure de la pression (en hectopascals) et de son intensité (échelle de Dvorak), pourtant bien utiles pour connaître l’ampleur du phénomène et son évolution, ne figurent jamais dans les prévisions mauriciennes.

C’est donc l’économie d’information qui semble prévaloir, face à une population qui reste ainsi ignorante des connaissances de base en matière cyclonique. Alors que le 9ème système dépressionnaire de la saison est annoncé dès mercredi 8 février par les sites américains de prévision cyclonique, ce n’est qu’au bulletin d’information du vendredi matin, soit deux jours après, que le public mauricien prend connaissance de l’existence de Giovanna… qui vient pourtant d’être baptisée par la station de Vacoas dans la nuit. Ce qui a permis entre-temps à la Central Water Authority d’annoncer la veille, jeudi 9 février, un régime plus drastique de coupures d’eau pour cause de sécheresse hydrologique.

Cette économie d’information s’accompagne d’un décalage entre les prévisions de Vacoas et celles des sites américains ou français. Vendredi matin, les prévisionnistes britanniques de Tropical Storm Risk (TSR) émettent une « green alert » (risque faible) pour Maurice, avec une probabilité de 35 % que Giovanna concerne Maurice dans les 72 heures. La Station Météorologique de Vacoas dans le même temps, estime que « Giovanna ne représente pas une menace pour Maurice à ce stade ». Samedi matin, TSR émet une deuxième « green alert » concernant le « cyclone très intense » Giovanna qui a 45 % de chances de concerner Maurice dans les 24 heures. Vacoas pour sa part annonce laconiquement que le cyclone intense Giovanna « continue à s’approcher de Maurice et présente une menace pour l’île Maurice ». Ce décalage n’est d’ailleurs pas passé inaperçu des internautes mauriciens qui suivaient l’évolution de Giovanna sur les différents sites de prévision. « Moi aussi sur le site www.usno.navy.mil/JTWC depuis ce matin j’ai remarqué le déphasage entre notre météo locale et le site de US Navy », observe l’internaute B. D. sur facebook. « Vous vous souvenez de ce cyclone qui s’est désintégré sur l’île alors que la météo avait dit qu’il s’était éloigné ? » renchérit un autre internaute, P.C.

Puis, samedi, Maurice passait successivement alerte classe 2 (9 h 00) et classe 3 (15 h 00) en seulement l’espace de 6 heures de temps, ce qui pouvait donner l’impression d’une augmentation soudaine du risque. Or, pendant ce temps, Giovanna était en train de perdre de son intensité, qui était en train de redescendre de 6 le matin sur l’échelle de Dvorak (qui compte 8 degrés), à 5.5 à 16 heures puis à 5 dans la soirée.

En classe 2 et 3, on remarque que les précisions données par les services météorologiques de Vacoas se font plus précises et plus nombreuses. Elles concernent les conditions météorologiques dans l’île et surtout la vitesse des vents (critère principal sur lequel est basé le système d’alerte mauricien). Mais elles ne fournissent aucune information sur la compréhension du phénomène qui affecte le temps.

Le site américain Joint Typhoon Warning Center (JTWC) donnait samedi soir l’explication de l’affaiblissement temporaire de Giovanna dans nos eaux. Dans la journée de samedi, expliquait le JTWC, Giovanna a effectué un remplacement du mur de son œil, un Eye Replacement Cycle (ERC). L’énergie que lui a coûté ce renouvellement de son œil a été notre chance… car une fois le mur de l’œil reconstitué, Giovanna a filé dévaster Madagascar.

Mais ce que démontre cet épisode, c’est que les prévisions mauriciennes en matière de cyclone relèvent plus d’un caractère météorologique que d’une véritable gestion de la prévision des risques.

Journal du Samedi n°107 du 18 février 2012

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s