Mathématiques des relations hommes-femmes

Mathématiques des relations hommes-femmes

(ou : Petits conseils aux dames pour éviter les disputes conjugales
et autres désagréments des relations homme-femme)

Lorsqu’un locuteur de sexe féminin s’adresse à un locuteur de sexe masculin, ce message est rarement compris de la même façon par les deux. Quand vous, Madame, formulez ce que nous appellerons le message « A », eh bien sachez que c’est rarement « A » que Monsieur entendra. Il y a de fortes chances que ce message « A », soit devenu, lors de sa réception par Monsieur, message « A’ » (notez au passage le caractère phallique de « ’ »).

Prenons un exemple. Quand vous dites « Bonjour » à un locuteur de sexe masculin, c’est rarement « Bonjour » qu’il entendra. Il est beaucoup plus probable que lui, ce qu’il entendra, c’est : « Je vous trouve beau comme un dieu et j’ai très envie de vous ». Surtout si entre-temps il a pris le temps de jeter un coup d’œil à votre mini-jupe (se méfier, donc, des interférences vestimentaires ou autres, dans la transmission du message. Inutile de préciser que si au contraire vous êtes habillée avec un gros pull-over rayé et des lunettes de trois centimètres d’épaisseur, vous aurez beaucoup plus de chances que le message A reste A à sa réception).

Prenons un deuxième exemple. Vous entrez dans un magasin de vêtements avec votre fiancé ou votre mari. Vous apercevez une robe super jolie et vous lui dites « Oh, chéri, regarde comme elle est trop cool, cette robe ». Voici ce que votre fiancé ou mari, lui, entendra : « Elle va encore me soutirer deux mille balles pour acheter ce chiffon ».

Cette transformation intempestive de A en A’ dans le processus de communication hommes-femmes est donc un facteur majeur de nombreux malentendus et disputes entre les deux sexes. Ainsi, ne vous étonnez pas des réactions de votre mari/fiancé si, excédée qu’il passe son temps avachi dans le canapé avec son journal quand vous vous échinez à la cuisine, vous avez le malheur de lui lancer : « Tu pourrais m’aider au lieu de rester vautré dans ce canapé ! ». Sachez, Madame, qu’avec ce genre de message vous commettez une erreur stratégique capitale, et que vos chances d’obtenir de votre interlocuteur mâle un mouvement de déplacement en direction de l’évier de la cuisine est pratiquement nul. Car rappelez-vous que ce n’est pas ce message A « Tu pourrais m’aider un peu etc. » que votre tendre moitié entendra, mais le message A’ suivant : « Je ne veux pas que tu lises ton journal tranquillement et je vais tout faire pour te gâcher la soirée ».

Car n’oubliez pas le caractère éminemment phallique de « ’ ». C’est en vertu de ce contenu phallique que votre interlocuteur de sexe masculin ramènera systématiquement à lui, à son nombril et à ses intérêts personnels, le contenu du message qui lui est adressé par l’interlocuteur de sexe féminin que vous êtes. Si vous voulez donc éviter une dispute inutile, Mesdames, il est bon de prendre quelques précautions de base. C’est très simple d’ailleurs. Afin de favoriser la bonne réception (sans déformation) de votre message A, le meilleur moyen c’est d’y ajouter vous-même un contenu phallique « ’ ». Au lieu d’émettre un banal message A, avec tous les risques d’interprétation qu’il comporte, passez directement à A’. C’est ainsi que vous augmenterez vos chances pour que votre message soit bien interprété.

Reprenons donc le scenario de la cuisine et du canapé. Apercevant votre mari/fiancé/chéri avachi dans le canapé du salon avec son journal, adressez-lui un magnifique message « A’ » : « Chéri, comme tu es fort et costaud, j’ai une mission de la plus haute importance à te confier. Est-ce que tu voudrais bien aller vider la poubelle pour moi ? ». Essayez, et vous verrez que vous obtiendrez sans délai ce déplacement tant attendu en direction de la cuisine !

Pour décupler l’efficacité de votre message, vous pouvez renforcer le caractère « ’ » en un double prime « ’’  » : « Chéri, comme tu es fort et costaud, j’ai une mission de la plus haute importance à te confier. Est-ce que tu voudrais bien aller vider la poubelle pour moi ? Et puis quand tu auras fait la vaisselle et passé le balai, nous baiserons comme des bêtes parce que tu es très sexy avec ce petit tablier ». La notion d’intérêt personnel et de satisfaction immédiate est très importante pour l’interlocuteur mâle.

Bien entendu, « ’ », ce précieux auxiliaire du dialogue inter-sexe réussi, doit être utilisé avec doigté. Car, si votre interlocuteur mâle adore rehausser son ego en ayant l’impression de vous être indispensable, en revanche il convient de garder à l’esprit que votre mâle préféré déteste avoir l’impression d’être manipulé.

On ne rappellera jamais assez l’efficacité de « ’ » utilisé à bon escient. Il est indéniable qu’un meilleur usage de « ’ » aurait pu éviter beaucoup de disputes conjugales voire même de problèmes de harcèlement sexuel. Si, si !

Prenons un autre exemple. Ce voisin qui vous poursuit de ses assiduités et que vous trouvez laid comme un pou et répugnant. Vous ne comprenez pas pourquoi malgré tous vos efforts pour le repousser, il continue de vous harceler, et même, vous auriez presque l’impression que plus vous le rejetez, plus il s’accroche ! Eh bien n’oubliez pas qu’en vertu du principe A-A’ énoncé plus haut, il est totalement inutile de lui dire « Non ». Car le message « Non » se transformera systématiquement en « Non’ », c’est-à-dire « Cette sainte-nitouche fait semblant de ne pas être intéressée, mais je le vois dans ses yeux, c’est sûr qu’elle craque pour moi et je l’aurai tôt ou tard ! »

Donc, pour être sûre que « Non » reste bien « Non » à sa réception et ne devienne pas « Non’ », le meilleur moyen c’est d’ajouter une bonne dose de « ’ » au message. Gageons que si vous dites à ce type qui vous harcèle : « Mon lapin, je craque pour ton corps d’athlète. Fais-moi l’amour tout de suite puis je te présenterai à mes parents et nous pourrons nous marier, d’ailleurs je veux trois enfants de toi », vous aurez 99 % de chances de le voir disparaître et de ne plus jamais entendre parler de lui.

Toutefois, il peut advenir que cet homme qui vous poursuit de ses assiduités corresponde au portrait-robot de l’homme idéal et qu’en fait vous aimeriez bien lui dire oui. Rappelez-vous qu’en vertu du principe de communication A-A’ que nous connaissons bien maintenant, votre « Oui », même timide, risque fort de devenir « Elle n’est pas farouche. Je suis sûr que la moitié du régiment lui est déjà passé dessus ». Prudence donc, car il est impératif dans cette situation de retrancher de votre message A toute trace de « ’ ». Et je dirais même que dans ce cas « ’ » doit tendre vers l’infini négatif. Attention, il ne s’agit pas non plus de décourager le pauvre homme et qu’il en vienne à s’imaginer que vous êtes lesbienne ou frigide et que c’est donc perdu d’avance pour lui. Maintenant que vous maîtrisez les raffinements de la communication inter-sexe A-A’, vous saurez habilement distiller quelque « ’ » de-ci, delà, tout en ayant l’air de rien.

Tout cela a l’air subtil ? Pas du tout ! Car rappelez-vous que rien n’est moins subtil qu’un interlocuteur mâle. Grâce à notre méthode infaillible, vous pourrez enfin vivre des relations inter-sexe heureuses et réussies, et tout cela sans effort !

 Et pour en savoir plus, dans la même collection :

-Mathématiques des relations inter-sexes au travail
– Mathématiques des relations inter-sexes au lit

Et à paraître bientôt :

– Mathématiques des relations inter-sexes pour les nulles

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s