«Affaire Sik Yuen» : l’interculturalité brimée en politique

La polémique née autour de la nomination de Michaël Sik Yuen comme député «best loser» vient souligner l’incapacité du système politique à prendre en charge l’interculturalité de la société mauricienne.

Sa nomination comme député best loser déchaîne les passions. Michaël Sik Yuen, arrivé en quatrième position aux élections dans la circonscription no. 7, a accédé à un fauteuil de député « correctif » en tant que représentant du groupe de la « Population générale », tandis que des voix s’élevaient pour dire qu’il aurait dû s’enregistrer comme « Sino-mauricien ». Au-delà du débat sur le Best Loser System (BLS), le « cas Sik Yuen » vient souligner la fragilité du critère d’appartenance communautaire comme fondement de la représentativité politique.

Retrouvez la suite de l’article dans Pages mauriciennes. Chroniques journalistiques de l’île Maurice, Edilivre, 2013.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s