Réforme électorale : un monstre du Loch Ness mauricien ?

La réforme électorale est à Maurice ce que le monstre du Loch Ness est à l’Ecosse : tout le monde en parle, mais personne ne l’a jamais vu et personne ne sait à quoi il ressemble exactement. Malheureusement, il semble désormais acquis que l’avènement d’une réforme électorale reste conditionné à son intérêt stratégique pour les partis en place.

Pourtant, la multiplication des revendications sociales qui émaillent l’actualité depuis le début de cette année, témoigne du fait que le modèle mauricien est en train de pratiquer un grand écart de plus en plus périlleux. D’une part, une classe politique arc-boutée sur la défense d’un système électoral qui lui procure les moyens de son autoreproduction sur un mode oligarchique, en s’appuyant sur des mathématiques ethniques. En face, une population mauricienne qui se reconnaît de moins en moins dans la logique ethnique, qui pratique de plus en plus le mélange interethnique dans sa vie quotidienne et ne correspond donc plus à la définition de société plurale. (…)

Retrouvez la suite de cet article dans Pages mauriciennes. Chroniques journalistiques de l’île Maurice, Edilivre, 2013.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s