Discours du PM du 15 mai : discourir sur l’unité, pratiquer la diversité

Le 15 mai 2009 dernier, le Premier ministre Navin Ramgoolam a de nouveau enfourché son cheval de bataille favori : l’unité de la nation mauricienne. C’était dans un discours prononcé lors de la célébration du centenaire d’une association socioculturelle, la Khilafat Ahmidiyya Muslim Association, à Flic-en-Flac. Dans ce discours, le Premier ministre a appelé à l’unité intercommunautaire, incitant les Mauriciens à ne pas procéder à des comptages ethniques concernant les nominations dans la fonction publique, au risque d’allumer le feu du communalisme.

Un refrain désormais bien connu : se concentrer sur ce qui unit pour faire front à un ennemi commun susceptible de diviser la nation. L’ennemi commun allégué en l’occurrence, c’est la crise économique mondiale. Mais il ne faut pas s’y tromper : le véritable enjeu est ailleurs. Dans ce discours du 15 mai, l’unité nationale sert en réalité d’instrument de communication politique pour faire passer un autre message, beaucoup plus politicien que patriotique. Cette instrumentalisation est visible par les contradictions que contient le propos. (…)

Retrouvez la suite de cette chronique dans : Pages mauriciennes. Chroniques journalistiques de l’île Maurice, Edilivre, 2013.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s