La mobilisation politique de la Fédération des Créoles Mauriciens

L’ascension politique de la Fédération des Créoles Mauriciens (FCM) emmenée par le père Grégoire s’est faite éclatante à l’occasion du 1er Mai. Elle intervient au moment même où des critiques nombreuses s’élèvent de la société civile mauricienne pour remettre en question la capacité du système politique à prendre en compte les demandes de celle-ci. Que signale donc la mobilisation politique de la FCM pour le fonctionnement de la démocratie mauricienne ?

Depuis son lancement en septembre 2007, la Fédération des Créoles Mauriciens (FCM) a connu une rapide montée en charge, sur la base d’une stratégie qui vise à faire exister politiquement une communauté « créole », voire « afro-créole ». Le « phénomène Grégoire » constitue une donnée nouvelle pour l’espace politique mauricien. D’une part, parce que cette mobilisation (12 000 personnes recensées au symbolique rassemblement du 1er Mai) qui vient concurrencer celle des principaux partis, est dirigée par une personnalité venue de l’extérieur du sérail politique et qui capitalise sur sa position de religieux pour accroître son capital de légitimité. D’autre part, parce que cette mobilisation extra-institutionnelle s’appuie sur une « section » de la population mauricienne qui a largement été laissée pour compte dans le développement national tant économique que politique. (…)

Retrouvez la suite de l’article dans Pages mauriciennes. Chroniques journalistiques de l’île Maurice, Edilivre, 2013.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s